Vue d’ensemble

  • Transfert monétaire intégré et développement du capital humain

Le projet en cours de transfert monétaire intégré et de développement du capital humain (PITCH) a permis le déploiement rapide de transferts en espèces et en nature lors de la première vague de la pandémie, entre le début et le milieu de 2020, et du verrouillage qui s’en est suivi : 27 567 ménages pauvres et vulnérables – soit près de 154 000 personnes – vivant à Djibouti-ville et Balballa, ont reçu chacun des bons alimentaires d’une valeur de 30 000FD (170 $) sur trois mois. Dans le même temps, les transferts d’argent à 12 300 ménages dans les zones rurales et urbaines se sont poursuivis, dont 4 888 ont été financés par la Banque. PITCH a également lancé des mesures d’accompagnement pour les bénéficiaires des transferts monétaires afin de stimuler le développement du capital humain : Il s’agit notamment de séances d’information sur des thèmes clés, tels que la nutrition, l’éducation, la santé et la violence sexiste – ainsi que de soins médicaux, fournis sur place au moment du versement trimestriel des transferts d’argent, grâce à un partenariat avec le ministère de la Santé.

Le projet aide le gouvernement à poursuivre le développement d’un registre national et social, qui sert de passerelle vers neuf programmes sociaux différents, notamment l’assurance maladie subventionnée, le logement social, l’aide alimentaire et les transferts d’argent. Le registre social contient maintenant des données sur 73 281 ménages, soit plus d’un tiers de la population. PITCH aide le gouvernement à réaliser son objectif d’inclure les réfugiés dans le registre social, afin que leur éligibilité aux programmes sociaux puisse être déterminée – à ce jour, 661 ménages de réfugiés ont été ajoutés au registre dans le cadre de PITCH, avec un objectif de fin de projet de 1 500.

Enfin, le projet met en place un nouveau programme de développement piloté par les communautés qui vise à stimuler l’accès aux infrastructures liées au capital humain dans l’intérieur du pays. Afin que les communautés puissent être habilitées à identifier et à exécuter leurs sous-projets, un programme de formation communautaire est en cours d’élaboration grâce à un processus d’échange de connaissances avec des experts béninois et sénégalais. L’exécution des sous-projets devrait commencer dans plusieurs mois dans 50 sites sélectionnés. Le programme est mis en œuvre en partenariat avec le Secrétariat d’État à la décentralisation de Djibouti, les autorités régionales et l’Agence djiboutienne pour le développement social (ADDS) afin de promouvoir une plus grande décentralisation des fonctions gouvernementales de manière hautement participative et transparente.

  • Projet de réponse du développement au déplacement dans la Corne de l’Afrique

Les interventions du projet régional de réponse du développement aux impacts du déplacement (DRDIP) ont amélioré l’accès aux services sociaux et économiques et aux infrastructures pour 97 000 bénéficiaires (ressortissants et réfugiés dans les régions d’Ali Sabieh et d’Obock) ; sur les 33 000 bénéficiaires des communautés d’accueil, 65% sont des femmes. Plus de 1 300 bénéficiaires des activités de développement économique ont fait état d’une augmentation de leurs revenus.

Un exemple concret est l’extension des lignes principales du réseau électrique national à la ville de Holl Holl au profit de plus de 2 700 ménages (plus de 10 000 bénéficiaires). Les 100 lampes publiques nouvellement installées témoignent de la concrétisation d’une attente de 40 ans pour les habitants. Environ 356 maisons, 24 magasins du village et une série d’équipements publics, tels que le centre de santé de la ville, les écoles primaires (élémentaires) et secondaires (lycées) et le centre de développement communautaire, bénéficient des raccordements individuels qui sont en cours d’établissement. Parmi les investissements majeurs, citons le centre de santé récemment réhabilité et rénové d’Ali Addeh, à Djibouti, qui dessert à parts égales les réfugiés et les communautés d’accueil avec des services de soins de santé de haute qualité. Le centre est bien doté en personnel et équipé de lits d’hôpital, d’une machine à rayons X et de matériel de chirurgie, dans des locaux propres avec des salles bien éclairées.

  • Projet d’amélioration de la performance du secteur de la santé

Le projet en cours d’amélioration de la performance du secteur de la santé a augmenté l’utilisation de services de soins de qualité pour la santé maternelle et infantile. À ce jour, plus de 300 000 bénéficiaires ont reçu des services de soins de santé de qualité ; plus de 90 000 femmes ont bénéficié de deux à quatre visites prénatales ; et 85 % des enfants ont été complètement vaccinés avant leur premier anniversaire. Cinq centres de santé communautaires de niveau primaire ont été transformés en polycliniques de niveau secondaire fournissant des soins d’urgence et d’accouchement 24 heures sur 24 et des services ambulatoires pour une population de près de 100 000 personnes.

Dernière mise à jour : 01 oct. 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *