Raksha Bandhan

Type de fête : Religieux (hindou, bouddhiste)
Date d’observation : Juillet-août ; mois hindou de Sravana
Lieu de célébration : Inde, Népal
Symboles et coutumes : Rakhi
ORIGINES
Raksha Bandhan est un jour où les frères et sœurs réaffirment leurs liens d’affection. Il est observé par les hindous du nord de l’Inde et par les hindous et les bouddhistes du Népal, où les membres des deux religions le célèbrent souvent dans les temples de l’autre. Les sœurs attachent des fils colorés ou des amulettes (voir RAKHI ) aux poignets de leurs frères et mettent des points de pâte vermillon sur le front de leurs frères en priant pour qu’ils vivent longtemps. Les frères, à leur tour, offrent des cadeaux à leurs sœurs – généralement un bijou ou un vêtement, ou peut-être de l’argent – tout en promettant de les protéger tout au long de leur vie. Dans les familles où il n’y a que des garçons ou que des filles, on demande à un ami ou à un parent de jouer le rôle de frère ou de sœur pendant la fête.
Au Népal, les brahmanes (membres de la caste la plus élevée) mettent des fils d’or autour des poignets de chacun tout en récitant un mantra ou un mot sacré pour donner au fil le pouvoir de protéger son porteur. Les Janai ou « fils sacrés » que tous les brahmanes portent autour du cou sont également changés à cette occasion. Le mot hindou est dérivé du terme sanskrit Sindhu (ou Indus), qui signifie fleuve. Il désignait les personnes vivant dans la vallée de l’Indus, dans le sous-continent indien. De nombreux chercheurs considèrent l’hindouisme comme la plus ancienne religion vivante.
L’hindouisme n’a pas de fondateur, une réalité universelle (ou dieu) connue sous le nom de Brahman, de nombreux dieux et déesses (parfois appelés devtas), et plusieurs écritures. L’hindouisme n’a pas non plus de prêtrise ou de structure hiérarchique semblable à celle que l’on trouve dans d’autres religions, comme le christianisme. Les hindous reconnaissent l’autorité d’une grande variété d’écrits, mais il n’existe pas de canon unique et uniforme. Les écrits hindous les plus anciens sont les Vedas. Le mot « veda » vient du mot sanskrit qui signifie « connaissance ». Les Vedas, qui ont été compilés à partir d’anciennes traditions orales, contiennent des hymnes, des instructions, des explications, des chants pour les sacrifices, des formules magiques et de la philosophie. Un autre ensemble de livres sacrés comprend les grandes épopées, qui illustrent la foi hindoue dans la pratique. Les épopées comprennent le Ramayana, le Maha- bharata et la Bhagavad Gita.
Le panthéon hindou comprend environ trente-trois millions de dieux. Certains d’entre eux sont tenus en plus haute estime que d’autres. Par-dessus tous les dieux, les hindous croient en un seul haut dieu absolu ou concept universel. Il s’agit de Brahman. Bien qu’il soit au-dessus de tous les dieux, il n’est pas vénéré dans les cérémonies populaires car il est détaché des affaires quotidiennes des gens. Brahman est impersonnel. Il est servi par des dieux et des déesses de moindre importance (devtas). Comme ils sont plus intimement impliqués dans les affaires des gens, ils sont vénérés comme des dieux. Le dieu le plus honoré dans l’hindouisme varie selon les différentes sectes hindoues. Bien que les adeptes de l’hindouisme pratiquent leur foi différemment et vénèrent des divinités différentes, ils partagent une vision similaire de la réalité et se remémorent une histoire commune.
Symboles et coutumes
Rakhi
Usuellement fabriqué à partir de quelques fils de coton ou de soie colorés, ou parfois de fils d’argent et d’or, le rakhi symbolise la protection contre le mal pendant l’année à venir. Selon la légende, lorsque le sultan Babar, empereur mahométan à Delhi, reçut une partie d’un bracelet de soie de la princesse rajpoute qui était en grand danger, il se précipita immédiatement pour lui venir en aide. Une telle relation était considérée comme celle d’un frère et d’une sœur, et il est devenu habituel en Inde que les hommes qui avaient reçu des rakhis risquent leur vie, si nécessaire, pour aider leurs « sœurs » et les sauver du danger.
Une autre légende raconte que Sachi, la consort du dieu hindou Indra, a noué un tel bracelet de fil autour du poignet droit de son mari lorsqu’il a été déshonoré au combat par les forces démoniaques. Indra a de nouveau combattu les démons et a été victorieux cette fois.
Les vieux rakhis usés doivent être jetés dans l’eau d’une piscine, d’un réservoir sacré ou d’une rivière.
LIRE AUSSI
Bellenir, Karen. Jours fériés et calendriers religieux. 3e éd. Détroit : Omnigraphics, 2004. Henderson, Helene, ed. Dictionnaire des fêtes, festivals et célébrations du monde. 3rd ed. Detroit : Omnigraphics, 2005. MacDonald, Margaret R., ed. The Folklore of World Holidays. Detroit : Gale Research, 1992. Spicer, Dorothy Gladys. The Book of Festivals. 1937. Réimpression. Detroit : Omnigraphics, 1990.
SITE WEB
Société pour la Confluence des Festivals en Inde www.raksha-bandhan.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *