Piqûres de moustiques 101

Lorsqu’un moustique vous pique, plusieurs choses se produisent. Pour commencer, le moustique utilise ses (tous les moustiques qui piquent sont des femelles) stylets d’alimentation pour percer votre peau. Le stylet est constitué d’une paire de maxillaires et d’une paire de mandibules. Une fois qu’il a percé votre peau, le moustique cherche rapidement un vaisseau sanguin, puis commence le processus de siphonnage du sang. Les moustiques peuvent sucer votre sang avec une telle force que les petits vaisseaux sanguins s’effondrent ou se rompent. En même temps que votre sang est pompé hors de votre corps, le moustique pompe de la salive.
Cette salive agit comme un anticoagulant, qui empêche votre sang de coaguler à l’endroit de la piqûre. Cela permet au moustique de se nourrir rapidement, ce qui lui donne une meilleure chance de s’enfuir avec votre sang avant que vous ne le remarquiez et que vous l’éclaboussiez sur votre bras. Cette salive est spécifiquement la raison pour laquelle les piqûres de moustiques démangent – vous avez une réaction allergique à cette salive, ce qui entraîne la bosse révélatrice et les démangeaisons associées aux piqûres de moustiques.

La science derrière ce qui provoque les démangeaisons des piqûres de moustiques

La salive du moustique s’écoule dans votre corps par un tube (l’hypopharynx), tandis qu’un autre tube (le labrum) est utilisé pour pomper votre sang jusqu’au moustique en attente. La salive contient des enzymes et des protéines qui contournent le système de coagulation naturel de votre corps. Ces anticoagulants – ainsi que jusqu’à 19 autres enzymes et protéines – provoquent directement la réaction allergique dans votre corps.
Votre système immunitaire répond à ces allergènes en libérant des histamines. Certains scientifiques pensent que votre toute première piqûre de moustique a introduit ces allergènes dans votre organisme et vous a sensibilisé aux composants de la salive. Cette sensibilisation est à l’origine de l’envoi par votre organisme d’immunoglobulines contre la piqûre de moustique. Les immunoglobulines dégradent le tissu conjonctif et les mastocytes, qui libèrent les histamines à l’origine des démangeaisons. Les mastocytes contribuent à la cicatrisation des plaies et à la défense contre les agents pathogènes, mais ils jouent un rôle important dans les réactions allergiques et l’inflammation. Les histamines qu’ils libèrent sont généralement combattues par des antihistaminiques, qui agissent pour arrêter les démangeaisons.
De nouvelles recherches mettent en évidence une réponse plus compliquée de l’organisme qui comprend une « voie périphérique indépendante de l’histamine ». Celle-ci implique également les mastocytes, mais la théorie veut que des substances autres que les histamines soient libérées, ce qui amène ensuite les neurones périphériques à signaler le système nerveux central (SNC). Le SNC interprète ces signaux et les envoie au cerveau, qui vous fait savoir que la morsure vous démange.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *