Le ‘vrai’ brass monkey et 6 autres boissons rendues célèbres par les tubes

Divertissement

Par Tim Donnelly

13 juin 2014 | 11:50am

Beastie Boys

Les Beastie Boys ont récemment révélé la véritable concoction derrière le tristement célèbre « Brass Monkey ». »Everett Collection

Tout ce que vous pensiez savoir sur le singe en laiton était faux.

Les fans des Beastie Boys ont été choqués cette semaine lorsque Mike D a déclaré au Studio 360 de WNYC que ce sur quoi le groupe rappait dans leur tube de 1986 « Brass Monkey » n’était pas, après tout, une bouteille de 40 onces de liqueur de malt mélangée à du jus d’orange. Au lieu de cela, il dit que c’était « un cocktail composé de jus d’orange, de vodka et de rhum brun, qui venait prémélangé dans une boîte. »

Alors, cela va-t-il changer la façon dont les fans boivent en l’honneur des Beasties ? Probablement pas. Mais le singe en laiton est loin d’être le seul cri de boisson que vous trouverez dans la musique. Voici nos sept préférées:

« Gin and juice, » Snoop Dogg

Le jam de 1994 nous a apporté la boisson emblématique du hip-hop des années 1990. Le refrain de Snoop – « Rollin’ down the street, smokin’ indo, sippin’ on gin and juice/Laid back (with my mind on my money and my money on my mind) » – est devenu un hymne d’été/une philosophie de vie iconique.

Et il a inspiré des hommages célèbres, dont ce récent banger de Brian Williams.

« Faygo soda,’ Insane Clown Posse

Pardon si vous n’en avez jamais entendu parler, car vous n’êtes probablement pas un clown d’horreur amateur de maquillage. Insane Clown Posse, le groupe de rap de Détroit connu pour ses thèmes sombres de carnaval et ses fans dévoués (connus sous le nom de Juggalos) a une boisson signature : Le soda Faygo.

Ce soda bon marché est affilié à leur ville natale, et ils sont connus pour le lancer sur les fans ou se frapper la tête avec des bouteilles de ce soda.

« Sizzurp », Three 6 Mafia

Avant que le groupe ne remporte un Oscar pour sa chanson « It’s Hard Out Here for a Pimp » tirée de « Hustle & Flow » en 2006, il chantait les louanges du « sizzurp ». Le sizzurp est décrit par Rap Genius (le Wikipedia des paroles de hip-hop) comme : « une drogue récréative fabriquée en mélangeant un sirop contre la toux médicamenteux, fort sur ordonnance, des Jolly Ranchers et du soda (généralement du Sprite, mais aussi du Mountain Dew) »

L’ingrédient clé du sirop contre la toux est une combinaison de sédatif et d’antihistaminique pour obtenir le buzz recherché. C’est loin d’être la seule substance enivrante que Three 6 Mafia chante dans cette chanson, cependant.

« Cherry Cola », Savage Garden

Cette chansonnette infectieuse qui a sonorisé de nombreuses soirées dansantes de collège dans les années 90 transpire le son de la décennie. Sa réplique la plus célèbre est celle où le chanteur de Savage Garden égrène rapidement les mots « In the base of my spine, sweet like a chica cherry cola. »

Un site de fans de Savage Garden (oui, ça existe) affirme que le mot « chica » ne signifie rien d’autre que quelque chose qui sonne cool dans cette parole.

La chanson de 1996, malgré la croyance populaire, ne s’intitule pas « Cherry Cola », mais plutôt « I Want You ». »

« Boisson au cidre », Chumbawamba

« Boisson au cidre », ou, comme on l’appelle aux États-Unis, « cider », fait une apparition dans le récapitulatif des boissons alcoolisées que les gars et les filles de Chumbawamba ont bu dans leur tube de 1997 « Tubthumping ». »

Le groupe était des punks anarchistes en Grande-Bretagne, ils ont donc probablement été surpris de voir leur chanson devenir l’hymne des garçons de fraternité ivres en Amérique.

« Courvoisier,’ Busta Rhymes

Le hip-hop adore citer les marques d’alcool, et « Pass the Courvoisier Part II » de Busta en 2002 n’était qu’une des nombreuses chansons à mentionner la marque de cognac. Le genre a aussi allègrement donné du temps de publicité gratuit à Hennessy et Cristal – du moins jusqu’à cette controverse.

« Brass monkey,’ Beastie Boys

Qu’importe ce qu’est réellement la boisson, cette chanson est toujours aussi jam aujourd’hui que lorsqu’elle est sortie en 1986. Partout, les fans rendent hommage en mélangeant leurs propres versions de jus d’orange et de 40 en hommage au groupe.

Le singe en laiton dont Mike D dit qu’ils rappaient est en fait une version prémélangée en boîte, mais cela nécessite des trucs qu’on ne peut pas trouver facilement à la bodega. Donc, on va probablement s’en tenir aux quarts d’heure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *