Le Baobab

Le Baobab africain est une espèce d’arbre pierre clé des régions africaines subsahariennes. Connu sous le nom d' »arbre de vie », il occupe un statut et un rôle particuliers dans les traditions et les moyens de subsistance des communautés à travers l’Afrique. Adansonia digitata est l’espèce la plus courante de baobab africain et se trouve dans 31 pays africains. Il est reconnaissable à ses tiges gonflées caractéristiques. Présents naturellement dans les zones sèches de Madagascar, d’Afrique et d’Australie, ils stockent des quantités massives d’eau dans leurs tiges pour faire face aux sécheresses saisonnières.

Les fruits de l’arbre sont de grandes gousses connues sous le nom de  » pain de singe  » ou de  » fruit de la crème de tartre  » et ils produisent une pulpe de fruit sec très nutritive . Nous savons maintenant que le fruit du baobab était en vente sur le marché du Caire dès le XVIe siècle, apparemment apporté par des caravanes d’esclaves en provenance du Soudan.

Toutes les parties de l’arbre peuvent être utilisées. La pulpe sèche du fruit a de nombreuses utilisations ; la plus populaire dans la plupart des régions d’Afrique est une boisson ressemblant à un sherbert, riche en vitamine C. Les graines peuvent être pressées en huile qui a de merveilleuses propriétés nutritives et topiques. L’enveloppe extérieure dure est imperméable et peut être transformée en divers articles domestiques tels que des calebasses et des castagnettes. Les graines et les feuilles peuvent être consommées. L’écorce peut être récoltée sans tuer l’arbre, et pilée pour fabriquer de la corde.

Deux choses font vraiment ressortir le Baobab. Leur taille étonnante et leur âge.

Certains baobabs atteignent une telle taille qu’ils deviennent des points de repère nationaux :

  • Le baobab de Green, au sud de Gweta, au Botswana, a été inscrit par les chasseurs et commerçants du XIXe siècle Frederick Thomas Green et Hendrik Matthys van Zyl, outre d’autres personnages impitoyables.
  • Le baobab de Chapman au Botswana avait une circonférence de 75 pieds avant que ses troncs constitutifs ne s’effondrent vers l’extérieur en 2016. Sa mort n’est toutefois pas confirmée. L’arbre était historiquement utilisé comme balise de navigation et comme bureau de poste par les explorateurs, commerçants et voyageurs de passage, dont beaucoup ont laissé des inscriptions sur son tronc.
  • Le baobab Ombalantu en Namibie a un tronc creux qui peut accueillir quelque 35 personnes. Il a parfois servi de chapelle, de bureau de poste, de maison et de cachette. Certains grands spécimens ont été transplantés sur de nouveaux sites, comme celui du Cresta Mowana lodge à Kasane.
  • Il existe 4 arbres distincts dans le nord de l’Afrique du Sud dont la circonférence est connue pour dépasser les 100 pieds.

L’âge des Baobabs a toujours été un point de débat au fil des ans. En l’absence de cernes annuels à compter, les preuves scientifiques ont toujours été ténues. Cependant, fin 2004, Grootboom, un baobab africain bien connu et extrêmement grand situé dans le nord-est de la Namibie s’est effondré de manière inattendue. Dix échantillons de bois prélevés à différents endroits du tronc ont été traités et étudiés par datation radiocarbone par spectrométrie de masse accélérée. Les dates radiocarbone de trois échantillons étaient supérieures à 1000 ans BP (années radiocarbone avant le présent, c’est-à-dire avant AD 1950). L’âge calendaire calibré correspondant de l’échantillon le plus ancien était de 1275 +/- 50 ans, faisant de Grootboom le plus ancien arbre angiosperme connu avec des résultats de datation fiables.

Au début de l’été (d’octobre à décembre dans l’hémisphère sud), l’arbre porte de très grandes et lourdes fleurs blanches. Celles-ci s’ouvrent en fin d’après-midi pour rester ouvertes pendant une nuit. Les fleurs pendantes et voyantes ont un très grand nombre d’étamines. Elles ont un parfum sucré mais dégagent ensuite une odeur de charogne, surtout lorsqu’elles deviennent brunes et tombent après 24 heures. Des chercheurs ont montré qu’elles semblent être principalement pollinisées la nuit par des chauves-souris frugivores.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *