L’alimentation émotionnelle : Ce que vous devriez savoir

La faim émotionnelle n’est pas facilement étouffée par la nourriture

Bien que se rassasier puisse fonctionner sur le moment, manger à cause d’émotions négatives laisse souvent les gens se sentir plus bouleversés qu’avant. Ce cycle ne prend généralement pas fin tant qu’une personne ne s’attaque pas de front à ses besoins émotionnels.

Découvrir d’autres moyens de faire face au stress

Découvrir une autre façon de gérer les émotions négatives est souvent la première étape pour surmonter l’alimentation émotionnelle. Cela peut signifier écrire dans un journal, lire un livre ou trouver quelques minutes pour se détendre autrement et décompresser de la journée.

Il faut du temps pour changer votre état d’esprit et passer de la recherche de nourriture à l’engagement dans d’autres formes de soulagement du stress, alors expérimentez une variété d’activités pour trouver ce qui fonctionne pour vous.

Movez votre corps

Certaines personnes trouvent un soulagement dans la pratique régulière d’un exercice. Une promenade ou un jogging autour du bloc ou une routine de yoga rapide peut aider dans les moments particulièrement émotionnels.

Dans une étude, on a demandé aux participants de s’engager dans huit semaines de yoga. Ils ont ensuite été évalués sur leur pleine conscience et leur compréhension perspicace – en gros, leur compréhension d’eux-mêmes et des situations qui les entourent.

Les résultats ont montré que le yoga régulier peut être une mesure préventive utile pour aider à diffuser des états émotionnels tels que l’anxiété et la dépression.

Tester la méditation

D’autres se calment en se tournant vers l’intérieur, vers des pratiques comme la méditation.

Diverses études soutiennent la méditation de pleine conscience comme traitement des crises de boulimie et de l’alimentation émotionnelle.

La simple respiration profonde est une méditation que vous pouvez faire presque partout. Asseyez-vous dans un espace calme et concentrez-vous sur votre respiration – qui entre et sort lentement par vos narines.

Vous pouvez parcourir des sites comme YouTube pour trouver des méditations guidées gratuites. Par exemple, la « Méditation guidée pour l’anxiété & Stress » de Jason Stephenson compte plus de 4 millions de vues et passe par une série d’exercices de visualisation et de respiration pendant plus de 30 minutes.

Démarrer un journal alimentaire

Tenir un journal de ce que vous mangez et quand vous le mangez peut vous aider à identifier les déclencheurs qui conduisent à une alimentation émotionnelle. Vous pouvez noter des notes dans un carnet ou vous tourner vers la technologie avec une application comme MyFitnessPal.

Bien que cela puisse être difficile, essayez d’inclure tout ce que vous mangez – aussi gros ou petit soit-il – et de noter les émotions que vous ressentez à ce moment-là.

En outre, si vous choisissez de demander une aide médicale au sujet de vos habitudes alimentaires, votre journal alimentaire peut être un outil utile à partager avec votre médecin.

Mangez sainement

Vous assurer que vous obtenez suffisamment de nutriments pour alimenter votre corps est également essentiel. Il peut être difficile de distinguer la vraie faim de la faim émotionnelle. Si vous mangez bien tout au long de la journée, il peut être plus facile de repérer quand vous mangez par ennui, tristesse ou stress.

Vous avez encore des difficultés ? Essayez d’atteindre des collations saines, comme des fruits ou des légumes frais, du maïs soufflé nature et d’autres aliments faibles en gras et en calories.

Sortez les délinquants courants de votre garde-manger

Pensez à mettre à la poubelle ou à donner les aliments de vos placards que vous atteignez souvent dans les moments de contrariété. Pensez aux produits riches en matières grasses, sucrés ou caloriques, comme les chips, le chocolat et la crème glacée. Reportez également les visites à l’épicerie lorsque vous vous sentez contrarié.

Garder les aliments dont vous avez envie hors de portée lorsque vous vous sentez émotif peut aider à briser le cycle en vous donnant le temps de réfléchir avant de grignoter.

Prêtez attention au volume

Résistez à attraper un sac entier de chips ou d’autres aliments pour grignoter. Mesurer les portions et choisir de petites assiettes pour mieux les contrôler sont des habitudes alimentaires conscientes à travailler pour développer.

Une fois que vous avez terminé une portion, donnez-vous du temps avant d’y retourner pour une deuxième. Vous pouvez même essayer une autre technique de réduction du stress, comme la respiration profonde, pendant ce temps.

Recherche de soutien

Résistez à l’isolement dans les moments de tristesse ou d’anxiété. Même un appel téléphonique rapide à un ami ou à un membre de la famille peut faire des merveilles pour votre humeur. Il existe également des groupes de soutien formels qui peuvent vous aider.

Les Mangeurs anonymes sont une organisation qui s’occupe de la suralimentation émotionnelle, de la suralimentation compulsive et d’autres troubles alimentaires.

Votre médecin peut vous orienter vers un conseiller ou un coach qui peut vous aider à identifier les émotions à l’origine de votre faim. Trouvez d’autres groupes dans votre région en faisant une recherche sur des sites sociaux comme Meetup.

Bannissez les distractions

Vous pouvez vous retrouver à manger devant la télévision, l’ordinateur ou une autre distraction. Essayez d’éteindre le tube ou de poser votre téléphone la prochaine fois que vous vous retrouverez dans ce schéma.

En vous concentrant sur votre nourriture, les bouchées que vous prenez et votre niveau de faim, vous découvrirez peut-être que vous mangez de manière émotionnelle. Certains trouvent même utile de se concentrer sur le fait de mâcher 10 à 30 fois avant d’avaler une bouchée de nourriture.

Ces actions donnent à votre esprit le temps de rattraper votre estomac.

Travaillez sur un discours personnel positif

Les sentiments de honte et de culpabilité sont associés à l’alimentation émotionnelle. Il est important de travailler sur le discours intérieur que vous ressentez après un épisode – ou cela peut conduire à un cycle de comportement alimentaire émotionnel.

Au lieu de tomber de haut, essayez d’apprendre de votre revers. Utilisez-le comme une opportunité pour planifier l’avenir. Et veillez à vous récompenser par des mesures d’auto-soins – prendre un bain, faire une promenade tranquille, etc… – lorsque vous faites des progrès.

Résumé

La nourriture peut aider à apaiser les émotions au début, mais il est important à long terme de s’attaquer aux sentiments qui se cachent derrière la faim. Efforcez-vous de trouver d’autres moyens de gérer le stress, comme l’exercice physique et le soutien des pairs, et essayez de pratiquer des habitudes alimentaires attentives.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *