Comment un cocktail en est-il venu à être appelé un cocktail ?

Le 13 mai 1806, le Balance and Columbian Repository de Hudson, New York, répond à la question d’un lecteur sur la nature d’un cocktail : « Le cocktail est une liqueur stimulante, composée de spiritueux de toute sorte, de sucre, d’eau et d’amers – on l’appelle vulgairement une fronde bitter. » Le cocktail était né, il avait été défini, et pourtant il ne devait pas être très connu du grand public, sinon le journal n’aurait pas considéré qu’il s’agissait d’un sujet propice à l’élucidation.

D’où vient le mot cocktail ? Il existe de nombreuses réponses à cette question, et aucune n’est vraiment satisfaisante. Une de mes histoires préférées en particulier, cependant, provient de The Booze Reader : A Soggy Saga of a Man in His Cups, par George Bishop : « Le mot lui-même vient de l’anglais cock-tail qui, au milieu du XIXe siècle, désignait une femme de vertu facile, considérée comme désirable mais impure. Le mot a été importé par des Anglais expatriés et appliqué de manière péjorative à l’habitude américaine nouvellement acquise d’abâtardir le bon gin britannique avec des matières étrangères, y compris de la glace. La disparition du trait d’union a coïncidé avec l’acceptation générale du mot et sa réexportation en Angleterre dans son sens actuel. » Bien sûr, cela ne peut pas être vrai puisque le mot a été appliqué à une boisson avant le milieu des années 1800, mais c’est néanmoins divertissant, et la définition de « désirable mais impur » correspond parfaitement aux cocktails.

Une histoire délicieuse, publiée en 1936 dans le Bartender, une publication britannique, détaille comment des marins anglais d' »il y a de nombreuses années » se sont vus servir des boissons mélangées dans une taverne mexicaine. Les boissons étaient mélangées avec « la racine fine, mince et lisse d’une plante qui, en raison de sa forme, était appelée Cola de Gallo, ce qui signifie en anglais « queue de coq » ». L’histoire poursuit en disant que les marins ont rendu le nom populaire en Angleterre, et de là, le mot a fait son chemin vers l’Amérique.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *